Jean NURDIN ou la passion de la vie

Dimanche, 8 Juin, 2008

Lorsqu’il arriva à l’Aviron Club Dolois en 1977, ceux qui étaient là ne donnaient pas cher de la peau de ce petit homme chétif et apparemment fragile. Et pourtant, 31 ans plus tard, il rame toujours, sans doute même l’un des plus vieux licenciés de la Fédération Française des Sociétés d’Aviron.

Jean est né à Fougerolles, en Haute-Saône, la capitale du kirsch, le 22 juin 1922, à l’heure de la sieste. Il est le fils unique de deux parents instituteurs qui lui ont légué le goût de la connaissance et de l’enseignement. 

Après des études et un Bac de Philo au lycée de Vesoul, sa Fac de Lettres à Besançon, il devient enseignant d’Allemand, le début de sa carrière professionnelle étant quelque peu perturbée par la guerre qui se termine. Réfractaire au Service du Travail Obligatoire en 1943, il part finalement en Allemagne en 1946 pour y apprendre le Français aux Allemands occupés et leur inculquer des notions de notre culture. Il revient en France en 1947. Commence alors pour lui un long parcours qui le voit fréquenter de nombreux établissements secondaires : Dole de 1954 à 1956, Lons le Saunier de 1956 à 1958, le Lycée Carnot à Dijon de 1958 à 1968. Il passe l’Agrégation en 1956. Nommé à la Faculté de Lettres de Dijon en 1968, il y gravit tous les échelons pour finir comme professeur en 1990, au terme d’une brillante carrière d’enseignant et de chercheur. Dans sa branche, Jean a été un visionnaire comme en atteste le sujet de sa thèse de Doctorat, un ouvrage de plus de 700 pages, soutenue en 1976, après 12 ans de travail : « L’idée d’Europe dans la pensée allemande à l’époque bismarckienne » . Mais la retraite prise en 1990 ne convient pas à ce petit homme turbulent et curieux de tout et, en 1993, Jean reprend du service pendant un an et demi comme Professeur à l’Université de Mayence.

La vie sportive de Jean n’est pas moins remplie que sa vie professionnelle. Après avoir pratiqué le football, la gymnastique, le ski et le patin à glace, Jean découvre l’aviron en 1977 en même temps  qu’il s’essaie au ski de fond et à l’aïkido. Il arrive alors dans le club de Dole, créé 3 ans plus tôt par Louis ROCHEX. Il se souvient, je le cite, des « trois doubles pourris qu’utilisaient les 6 membres du club … » Mais l’ambiance était bonne et Jean garde aussi un bon souvenir du « Challenge Girardin qu’ils allaient courir tous les ans au Creusot, et où ils se faisaient régulièrement battre». Il reconnaît, bien sûr, que la discipline a évolué, mais il se félicite de l’atmosphère conviviale et du climat humain qu’il aime à retrouver toutes les semaines à l’Aviron Club Dolois dont il est vice-président.

En tant que membre du Comité Régional Olympique et Sportif, Jean a eu l’idée d’échanges entre rameurs français et allemands et lancé le jumelage entre la Franche-Comté et la Thuringe en 1992. Le dernier déplacement s’est fait en octobre 2006, à Iéna, à l’occasion de la commémoration de la bataille qui opposa Français et Prussiens 200 ans plus tôt.

Dans sa vie familiale, Jean a épousé Paulette le 2 avril 1948, jeune enseignante d’Allemand comme lui, dont il a eu quatre filles et 10 petits-enfants qui ont autant la bougeotte que leur grand-père.

En hommage à son investissement dans les domaines sportifs et éducatifs, Jean s’est déjà vu remettre la Médaille d’Argent Jeunesse et Sports et la Distinction de Commandeur des Palmes Académiques.

Il reste malgré tout un homme modeste, qui occupe sa place comme les autres sur les bateaux, un homme avec lequel il fait bon passer un moment, parler et ramer.

C’est pour cette vie sportive bien remplie que le Comité Régional Olympique et Sportif est heureux de le récompenser à son tour aujourd’hui.

 

Michel BRIGNOT  - le 24 mai 2008

Sneaker Release Dates 2019